Mon carnet de voyage

Vous pouvez sélectionner la durée estimée ou réelle de votre séjour (optionnel)
ou
Où pensez-vous séjourner lors de votre venue en Tunisie ? (optionnel)

Votre carnet de voyage ne contient aucun élément. Parcourez notre site pour découvrir ce que la Tunisie peut vous offrir, et ajoutez une activité ou une destination.

organisez votre carnet

Carthage

L’ILLUSTRE CITE ANTIQUE

A l’emplacement de la Carthage antique, qui fut une des plus puissantes cités de son temps, s’étend aujourd’hui une région pleine de charme et de richesses variées. Le long de la mer aux teintes turquoise, qui prend parfois des nuances de lagon, exotique, une succession de coquettes petites villes – La Marsa, Sidi Bou Saïd, Carthage – constituent la banlieue élégante de la capitale, tournée vers les loisirs et la culture, moderne mais toujours attachée à un certain art de vivre.

Culture et art de vivre

Proche de Tunis et riche d’un passé prestigieux, tournée vers la mer et ses plaisirs, la région des Côtes de Carthage est la capitale par excellence d’un certain art de vivre tunisien. Les maisons entourées de cyprès et de bougainvillées s’alignent en cubes d’une blancheur éclatante...

Les corbeilles des vendeurs de jasmin répandent leurs effluves, l’été, à chaque coin de rue.  Les cafés maures sont accueillants et ouvrent sans façon sur des terrasses inondées de soleil, comme le célèbre café de Nattes à Sidi Bou Saïd, ou le café Saf-Saf à La Marsa, célèbre pour son puits et le chameau qui en puise l’eau à l’aide d’une noria.

De nombreux restaurants de bonne tenue proposent une cuisine ensoleillée aux saveurs de la mer, plongeant ses racines dans un patrimoine culinaire ancestral.

Galeries d’exposition, ateliers d’artisanat d’art, clubs culturels ont élu domicile dans cette région qui vit au rythme de nombreux spectacles et festivals : festival d’été de Carthage, Octobre musical, festival du cinéma, concerts de musique arabo-andalouse…

Carthage, un passé prestigieux

Le nom de Carthage est chargé de mémoire. Fondée par une princesse phénicienne – Elyssa, surnommée Didon – la cité antique fut la puissante ennemie des Grecs, puis de Rome, dont les “Guerres puniques” ont marqué l’histoire. Son site, en partie recouvert par la ville moderne, reste imprégné du souvenir de sa gloire passée.

Carthage, c’était aussi une civilisation raffinée, commerçante, ouverte sur les autres cultures du bassin méditerranéen. Le site en a conservé des vestiges : le “Tophet”, sanctuaire couvert de stèles, les quartiers d’habitations, aux maisons bien dessinées et confortables, et les Ports puniques, symbole de la puissance maritime de la cité, qui fut dévastée lors de la conquête romaine par un gigantesque incendie – quelques traces en sont encore visibles sur place.

Le Musée national de Carthage expose quant à lui de multiples stèles gravées, statues, amulettes et autres souvenirs de cette Carthage d’avant Rome.

Conquise puis reconstruite, Carthage connut une seconde vie. Ville romaine exemplaire, ses monuments approchaient, par leurs dimensions et leur munificence, ceux de la métropole : les Thermes d’Antonin, dont subsistent les sous-sols monumentaux et quelques colonnes d’une hauteur vertigineuse ; le théâtre, qui s’anime chaque été lors du festival…

Les vestiges de villas, les statues et les mosaïques présentées au Musée évoquent une vie de faste et de plaisirs, tandis que les restes de Damous El Karita, énorme cathédrale, rappellent l’adhésion précoce de l’Afrique romaine au christianisme.