Mon carnet de voyage

Vous pouvez sélectionner la durée estimée ou réelle de votre séjour (optionnel)
ou
Où pensez-vous séjourner lors de votre venue en Tunisie ? (optionnel)

Votre carnet de voyage ne contient aucun élément. Parcourez notre site pour découvrir ce que la Tunisie peut vous offrir, et ajoutez une activité ou une destination.

organisez votre carnet

Kairouan

JOYAUX DU PATRIMOINE TUNISIEN

Fascinante, accueillante, secrète, Kairouan est un des joyaux du patrimoine tunisien. L’ancienne capitale des émirs aghlabides, nichée loin du littoral dans une austère région de steppes, est riche de souvenirs historiques et de monuments remarquables. C’est aussi une ville moyenne au charme intact, où authenticité rime avec hospitalité.

Kairouan, ville sainte

On a surnommé Kairouan la “ville aux trois cents mosquées“. Vue d’un bâtiment élevé, la Médina offre en effet l’étonnant spectacle d’une multitude de coupoles blanches disséminées entre les terrasses, et qui signalent des tombeaux de saints musulmans et de zaouïas, édifices dédiés à des maîtres spirituels ayant dispensé à Kairouan un enseignement religieux...

La cité, saccagée lors de l’invasion de la Tunisie par des nomades pillards, les Hilaliens, connut un certain déclin après le XIe siècle. Mais elle demeura jusqu’à nos jours un centre religieux de premier plan. L’une des coupoles de la Médina abrite un puits vénéré aussi ancien que la ville elle-même, le pittoresque Bir Barrouta, dont l’eau est sacrée; elle est puisée aujourd’hui encore par une noria actionnée par un dromadaire.

On peut visiter aussi la très ancienne zaouïa de Sidi Abid el-Ghariani, avec son élégant patio à portique et ses plafonds de bois finement décorés, et l’étonnante zaouïa de Sidi Amor Abada couverte de coupoles, où sont exposés des objets géants couverts d’écriture pieuse. Mais la plus exceptionnelle de ces zaouïas est celle de Sidi Saheb (surnommée “Mosquée du Barbier”) qui abrite le tombeau d’un compagnon du Prophète, lequel, dit-on, avait conservé en relique trois poils de la barbe de celui-ci.

Dans ce vaste édifice du XVIIe siècle, de ravissantes cours et galeries ornées de panneaux de céramique et de stuc sculpté traduisent un mélange d’influences andalouses et turques.

A travers la Médina

La vieille ville de Kairouan a fasciné bien des artistes. Elle tire une beauté toute particulière et mystérieuse de son tissu serré de ruelles, de passages, de voûtes et de coupoles cannelées d’une suave blancheur, qui se répondent de loin en loin sous la bienveillante protection de la Grande Mosquée et de son majestueux minaret.

Les souks, rues dédiées au commerce, répartis par activité, bruissent d’une animation constante.

Tout près, dans les ruelles silencieuses, entre les longs murs blancs entrecoupés de portes bleu pâle, se pressent des silhouettes féminines enveloppées de voiles immaculés, croisant parfois des bandes d’enfants aux cris joyeux. Tout autour de ces quartiers historiques, les remparts de brique blonde, crénelés et ponctués de tours et de bastions, achèvent de donner à la vieille ville un aspect vénérable et hors du temps.