Mon carnet de voyage

Vous pouvez sélectionner la durée estimée ou réelle de votre séjour (optionnel)
ou
Où pensez-vous séjourner lors de votre venue en Tunisie ? (optionnel)

Votre carnet de voyage ne contient aucun élément. Parcourez notre site pour découvrir ce que la Tunisie peut vous offrir, et ajoutez une activité ou une destination.

organisez votre carnet

Sfax

VILLE DE TRADITIONS

A la lisière des régions du Sud, mais ouverte sur la mer, Sfax est une vieille cité devenue à l’époque moderne la deuxième ville de Tunisie par sa population et son importance économique. A l’écart des grands centres touristiques, ayant conservé une magnifique Médina entourée de remparts, il possède une authenticité qui lui donne un attrait particulier.

En face, pour lui faire pendant, un archipel tout proche, accessible par le bac, offre ses plages de rêve et son atmosphère de bout du monde: les îles Kerkennah.

Séjourner à Sfax

Proche du Grand Sud tunisien, au cœur d’une région déjà rude et austère, Sfax est environné d’immenses oliveraies parfaitement ordonnées auxquelles il doit son rang de capitale tunisienne de l’huile d’olive...

C’est aussi une grande ville portuaire, industrielle et commerçante. Une ville de contrastes, prospère et active tout en restant profondément ancrée dans la tradition. Plusieurs hôtels d’excellent confort permettent de séjourner à Sfax et d’en découvrir les multiples facettes.

Son centre-ville n’est pas dénué d’un certain cachet : des placettes et galeries couvertes sont entourées d’immeubles originaux de style arabisant, dont les créneaux et les tours en forme de minaret s’inspirent de l’architecture islamique ancienne.

Surtout, on visitera longuement la Médina parfaitement conservée et grouillante de vie, qui compte parmi les plus remarquables de Tunisie.

A travers la Médina

Des remparts crénelés, couleur de parchemin, faisant face au centre-ville moderne, ponctués d’une série de bastions et de tours : la Médina de Sfax offre un visage imposant. Son allure d’un autre temps incite à pénétrer plus avant.

Sitôt franchie la porte monumentale Bab Diwan, on accède à un univers dépaysant et plein d’animation : souks des épices, des parfums, des bijoutiers, des forgerons…

Le quartier du commerce garde la marque des modes de vie anciens. En son centre s’élève la Grande Mosquée, bâtie au IXe siècle et remaniée à différentes époques, qui possède un minaret remarquable orné de motifs sculptés.

Loin d’être délaissée par la vie moderne comme le sont les vieux quartiers de certaines villes, cette Médina possède toujours des souks très actifs, où s’affaire une population bigarrée. Tout au long de la muraille, longue de 2 km, des fortins peuvent offrir des haltes agréables : le Borj el-Rasas et son café maure Diwan, où on s’attardera à siroter un thé à la menthe, et le Borj Ennar, dont la terrasse offre une vue saisissante sur les vieux quartiers et sur la ville moderne.

On s’arrêtera aussi devant le curieux minaret Sidi Amar Kammoun et on visitera la Kasbah, qui abrite un petit musée de l’architecture de Tunisie

Sfax, ville de traditions

Tout en ayant acquis la stature d’une métropole économique importante, Sfax est resté profondément attaché à son patrimoine et à ses traditions. En témoigne sa Médina, peu influencée par l’activité touristique, qui possède toujours une atmosphère authentique.

Très versés dans les arts traditionnels – comme la musique – les Sfaxiens sont aussi réputés pour leur cuisine. Leurs recettes au poisson, leurs pâtisseries orientales font les délices des gourmets.

Il existe à Sfax un très joli musée des Arts et Traditions Populaires, aménagé dans une belle demeure de la Médina : Dar Jellouli. Un exemple charmant d’architecture traditionnelle – patio surmonté d’une galerie de bois tourné, lambris de faïence, plafonds à caissons de bois peint…- qui abrite une collection d’objets anciens (costumes, bijoux, peintures sous verre…).

Les îles Kerkennah

A moins d’une heure de Sfax et de son charme un peu austère, l’archipel de Kerkennah a la beauté envoûtante des îles lointaines. Avec ses deux îles principales, Gharbi et Chergui, basses et couvertes de palmiers, Kerkennah offre des paysages de rêve. C’est aussi un univers à la personnalité attachante et aux traditions originales, reflet d’une longue histoire et de multiples échanges avec d’autres contrées méditerranéennes.

La pêche utilise toujours des méthodes ancestrales: dans les eaux peu profondes, on harponne les éponges à l’aide d’un trident, on recueille les poissons piégés dans des pêcheries fixes, on capture les poulpes à l’aide de poteries creuses où ils viennent se lover.

On trouve aussi à Kerkennah des témoignages d’un passé lointain. La vieille forteresse Borj el-Hissar rappelle que l’île fut convoitée jadis par les Espagnols, les Vénitiens et les Turcs. A son pied gisent les restes d’une ville antique ; ils témoignent de l’histoire très ancienne de ces îles qui connurent un hôte célèbre: le général carthaginois Hannibal y fit escale sur le chemin de son exil en Orient…

Vacances à Kerkennah

La mer de turquoise s’irise de mille nuances au coucher du soleil, les palmiers par centaines s’agitent doucement sous la brise marine, les pistes sablonneuses zigzaguent entre les hameaux pour mourir au seuil de longues plages désertes… Séjourner à Kerkennah, c’est surtout profiter de son exceptionnelle atmosphère de sérénité et de la beauté simple et prenante de ses paysages naturels.

Une sérénité qu’on peut savourer lors d’une promenade le long de la côte à bord d’un loud – barque traditionnelle à fond plat et à voile trianglaire – glissant doucement sur une mer d’huile… Kerkennah compte peu d’hôtels ; aussi peut-on y profiter en toute tranquillité des plaisirs du bord de mer.

L’archipel possède aussi une particularité rare en Méditerranée : la marée basse y découvre une large superficie de sable, pour le plus grand bonheur des collectionneurs de coquillages.

El Jem

A moins d’une heure de voiture de Sfax, cette petite ville est célèbre par son Colisée – le plus grand au monde après ceux de Rome et de Capoue – construit par l’empereur Gordien vers 230 ap. J.C. ; un monument très impressionnant auquel s’ajoute un musée riche en mosaïques romaines.